Photo
Mgr René Guay

Neuvième Évêque du diocèse de Chicoutimi

Le 18 novembre 2017, le pape François a nommé M. l’abbé René Guay évêque du diocèse de Chicoutimi.

À ce moment, il était aumônier à l’Établissement de détention de Québec, fonction qu’il occupait depuis juin 2015.

Il est ordonné évêque le 2 février 2018 par le Cardinal Gérald C. Lacroix en la cathédrale de Chicoutimi.

Mgr René est né le 4 septembre 1950, à St-Thomas-Didyme, au Lac-St-Jean, de Mme Magella Tremblay et de M. Gérard Guay. Il a fait ses études au Grand Séminaire de Chicoutimi, où il obtient un baccalauréat en théologie de l’Université du Québec à Chicoutimi, puis une maîtrise en théologie de l'Université Laval. Il a été ordonné prêtre le 13 juillet 1975, par Mgr Marius Paré, en l’église de sa paroisse natale. Il a ensuite été nommé vicaire à la paroisse Christ-Roi de Chicoutimi (1975-1978), puis à celle de Saint-Georges de Jonquière (1978-1979).

Il est parti du Québec en septembre 1979 pour l'école de langue à Antigua, Guatemala, puis arrive au Chili deux mois plus tard pour y œuvrer comme prêtre missionnaire, associé à la Société des Missions-Étrangères de Pont-Viau. Il travaille alors à la naissance et à l’accompagnement des communautés ecclésiales de base en milieu paroissial dans l’archidiocèse de Santiago et dans le diocèse de San Bernardo.

De retour au pays à la fin d’octobre 1992, il participe à un stage pour la formation des guides spirituels, au Centre de Spiritualité Manrèse de Québec.

Il est nommé ensuite directeur spirituel du Grand Séminaire de Chicoutimi (1993-2004), tout en étant chargé de cours au département des Sciences Religieuses et d’Éthique de l’UQAC (1995-2001), avant de poursuivre comme professeur à l’Institut de formation théologique et pastorale du diocèse de Chicoutimi (2004-2015). Il avait vécu entretemps un stage d’immersion en langue anglaise à l’Université de Kelowna, Colombie-Britannique.

En 2016, il a obtenu un doctorat en théologie pratique de l’Université Laval ayant pour thème : « Lire la Bible au cœur de l’Église du Québec ». Il a été en même temps membre de l’équipe pastorale de l’Établissement de détention de Chicoutimi (1995-2015). Ajoutons qu’il a été aussi membre du Conseil presbytéral et du Collège des consulteurs, animateur spirituel auprès des agents et agentes de pastorale laïques; collaborateur au Centre de spiritualité Manrèse et au Comité des affaires sociales de l’AECQ.


Sa devise : Annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres.

Ses armoiries
Le livre de la Parole de Dieu indique la place centrale occupée par celle-ci dans la vie de notre éveque; à la fois comme simple chrétien, comme prêtre, comme missionnaire et comme formateur au diocèse de Chicoutimi. Elle indique aussi la direction donnée à sa mission comme évêque de Chicoutimi.

Le sigle « IHS » (en français : « Jésus, sauveur des hommes ») fait référence à la spiritualité ignatienne à laquelle il s'identifie et qui l'aide à vivre son engagement de foi. Le discernement spirituel est aussi une clef de sa spiritualité et de son action pastorale.


La flamme de feu, à la fois ardeur et mobilité, symbole de l’Esprit-Saint, représente le zèle missionnaire, celui qui l’a conduit de son village natal (Saint-Thomas-Didyme) vers le Chili pour annoncer la Bonne nouvelle aux pauvres, rappelant aussi le projet pastoral du diocèse de Chicoutimi : « Allez vers... ».

Les couleurs de fond (or, vert et argent) rappellent discrètement les couleurs du drapeau du Saguenay – Lac-Saint-Jean (jaune, vert et blanc), sa patrie d’origine, son diocèse d’appartenance et la portion de l’Église qui lui est confiée.

La barre noire, plantée verticalement au centre des armoiries, représente un barreau de prison. Ce barreau évoque son ministère en milieu carcéral; il évoque aussi plus largement les diverses formes d’esclavage, de même les diverses formes de pauvreté, d’oppression et de manque dans la vie des malades, des personnes incarcérées, des itinérants, des migrants, etc.

La devise « LA BONNE NOUVELLE AUX PAUVRES » (Luc 4, 18) récapitule l’ensemble des armoiries et fait partie du texte du prophète Isaïe lu par Jésus à l’aube de son ministère :« L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. » Évangile selon saint Luc 4, 18-19.